Bahia/Clips

Racine et fleur : Mariene de Castro chante « Raiz »

Le samba-de-roda de Bahia a encore de beaux jours devant lui s’il est ainsi porté par une ambassadrice de la trempe de Mariene de Castro. La jeune chanteuse de Salvador est devenue une de ses interprètes les plus dévouées. Très attachée aux traditions populaires bahinaises, elle se dédie avec sensibilité à les rendre vivantes et accessibles auprès du grand public.

Nous l’avions présentée ici il y a quelques mois et, depuis, les albums de Mariene deMariene+de+C Castro, Abre Caminho et Santo de Casa Ao Vivo, auront contribué à rythmer notre été. Nous ne manquons pas l’occasion de la retrouver en image aujourd’hui, en l’occurrence dans un extrait du documentaire Nos Braços da Viola, présenté par Saulo Laranjeira et diffusé sur TV Brasil. Elle y interprète un de ses titres fétiches, « Raiz », composé par J. Velloso, son ancien mari, et le grand Roberto Mendes.

Comme le titre du programme le laisse deviner, c’est la viola qui y est mise à l’honneur. Cette guitare à dix cordes métalliques est l’instrument populaire brésilien par excellence. C’est la guitare « paysanne » que l’on retrouve dans tout le pays, notamment dans le Sertão nordestin. En raison de son ancrage rural, elle n’a pas acquis les lettres de noblesse du violão, la guitare classique ou guitare nylon, mais est omniprésente dans le paysage musical brésilien. Ces derniers mois, nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer la viola caipira dans les colonnes de l’Elixir. En présentant Jaime Alem, le directeur musical de Maria Bethânia, son « bras droit », qui en a fait son instrument de prédilection. En insistant sur l’importance de Roque Ferreira, très attaché à la viola, qui est le compositeur de sambas et sambas-de-rodas de Bahia le plus repris par d’autres interprètes et qui est justement le véritable mentor de Mariene de Castro.

Toujours une fleur dans les cheveux ou sur les motifs de ses robes, Mariene de Castro est accompagnée par Júlio Caldas, jeune musicien bahianais déjà très recherché. Il a notamment participé à ses disques, à ceux de Luiz Caldas, tourné avec Roque Ferreira et les Vozes da Purificação de Dona Edith.

La talent s’accommode toujours à merveille de la simplicité. Une viola et une voix et, déjà, c’est un petit bout de Bahia qui parvient jusqu’à nous.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s