Disques/São Paulo

Juçara Marçal n’a rien à cacher

Rien à cacher et surtout pas ses seins. Où plutôt ceux dessinés par Kiko Dinucci pour la pochette de son album Encarnado. Alors qu’elle est actuellement en tournée européenne avec Metá Metá, elle a révélé ces derniers jours que la plate-forme de téléchargement iTunes avait refusé d’y intégrer son album si elle n’en changeait pas la pochette.

juçara encarnado

Face à cette censure, elle a (évidemment) refusé de se plier à l’absurdité d’une telle demande et renier son intégrité artistique. Car cette image de Kiko Dinucci fait belle et bien partie de l’œuvre qu’est Encarnado. Et, oui, ces seins aux tétons dressés sautent aux yeux et sont le détail le plus marquant de cette illustration très forte.

Encarnado est un des albums les plus beaux et plus intenses sortis en 2014. Alors cette censure ridicule aura au moins le mérite de lui faire un peu de publicité gratuite.

Evidemment, cette censure a aussi provoqué un bel élan de soutien. Certains se sont empressés de publier sur les réseaux sociaux des images de seins nus, sans qu’elles aient été supprimées, ironie de la chose quand on connaît la pudibonderie de Facebook. D’autres sont allés vérifier sur iTunes : on y trouve pourtant quelques pochettes d’albums illustrés de seins nus qui n’ont pas été censurés. Deux poids, deux mesures ! Ce qui fait dire à Kiko Dinucci que ce qui est visé, plus que la nudité, ce sont les artistes indépendants qui n’ont pas un gros label pour les soutenir.

On peut aussi imaginer que ce qui est visé par iTunes, ce sont les artistes qui mettent leur musique en téléchargement libre et gratuit. Comme le font Juçara Marçal et ses amis pour notre plus grand bonheur. Après tout, peut-être qu’Apple voit là une concurrence déloyale ?

Si vous ne l’avez pas déjà fait, vous pouvez vous empresser de télécharger Encarnado directement sur le site de Juçara Marçal. L’album étant sorti à une période où j’étais trop occupé pour nourrir ce blog, j’en profite pour vous inviter à la découvrir. Marquées par le thème de la mort, les compositions de Kiko Dinucci, Douglas Germano, Romulo Fróes et Rodrigo Campos y sont portées par une interprétation forte et profondément émouvante.

Encarnado (2014)

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s