Disques/Portrait/Rio

Lincoln Olivetti : Boogie… Down

L’année commence sombre. Si c’est nécessairement par l’humour que l’on rendra hommage à un caricaturiste, c’est par le boogie que l’on saluera la mémoire de Lincoln Olivetti qui vient de s’éteindre mardi, emporté à soixante ans à peine par un infarctus*.

Lincoln Olivetti

Si Lincoln Olivetti est une figure incontournable de la musique brésilienne, ce n’est pas parce qu’il sortit des disques sous son nom, à l’exception d’un album avec son compère Robson Jorge, c’est parce qu’il imposa un son à la musique de son époque, de la fin des années soixante-dix au milieu des années quatre-vingt.

« C’est notre Quincy Jones« , disait Ed Motta, un de ses plus grands fans et qui fait de lui l’influence tutélaire de son dernier album AOR. Comme il l’explique dans son hommage, Lincoln Olivetti est l’homme qui a réussi à imposer au Brésil le patron de discipline gringo dans les sessions d’enregistrement. « Techniquement, la seule référence brésilienne que j’ai toujours revendiqué, c’est lui. Le type qui faisait sonner une festa no interior comme Earth Wind & Fire« .

En une dizaine d’années, il imposa un son devenu quasiment hégémonique et toutes les plus grandes vedettes passèrent entre ses mains : Jorge Ben, Tim Maia, Gilberto Gil, Gal Costa, Erasmo Carlos, Marcos Valle… Que ce soit derrière la console ou aux arrangements, c’est lui qui a façonné ce disco-boogie à la brésilienne.

Mais avoir imposé un format vous expose à la roue du temps et ses productions passèrent de mode. Que celui qui n’a pas, un jour ou l’autre, trouvé insupportable ce son trop propre et trop clinquant des années quatre-vingt me jette la première pierre ! Lincoln Olivetti fut donc longtemps mis sur la touche avant de voir son apport redécouvert ces dernières années : le son du boogie 80’s étant revenu à la mode comment passer à côté de son style !

Alors, allez piocher dans votre discothèque, il y aura forcément des disques qui porteront sa patte. Coïncidence, pour fêter ma nouvelle platine, je réécoutais il y a quelques jours l’album Luar (1981) de Gilberto Gil, notamment « Palco » : irrésistible !

Le meilleur hommage que l’on puisse lui rendre, c’est d’écouter Brazilian Boogie Boss 1978-1984, la mixtape publiée par DJ Allen Thayer en avril dernier (2014) sur Wax Poetics pour fêter les soixante ans du bonhomme… Près d’une heure et demie de beats qui claquent, de basses qui slappent, de cuivres qui s’éclatent et les grandes voix de Tim, Jorge ou Emílio…

Tracklist et commentaires de DJ Thayer (que je vous suggère de lire tant ils témoignent de l’admiration d’un vrai fan) :

01. Dicró “Disco Voador”, Dicró (Continental, 1979)
02. Marcia Maria “Amigo Branco”, Marcia Maria (Capitol, 1978)
03. Erasmo Carlos “Alem Do Horizonte” with Tim Maia, Convida (Polygram, 1980)
04. Jorge Ben “Rio Babilonia”, Dádiva (Som Livre, 1983)
05. Tony Bizarro “Estou Livre” (Elektra, 1983)
06. Painel de Controle “Black Coco” (RCA, 1978)
07. Tim Maia “Não Vá”, Tim Maia (Polygram, 1980)
08. Robson Jorge & Lincoln Olivetti “Eva”, S/T (Som Livre, 1982)
09.Emilio Santiago “Dentro De Você”, Ensaios de Amor (Polygram, 1982)
10. Almir Ricardi “Tô Parado Na Tua”, Festa Funk (RGE, 1984)
11. Cristina Conrado “Sempre Juntos” (WEA, 1984)
12. Gang Do Tagarela “Melô do Tagarela” [“Rapper’s Delight” Instrumental] (RCA, 1980)
13. Robson Jorge & Lincoln Olivetti “Aleluia” [B-side to “Babilonia Rock”] (Som Livre, 1982)
14. Sandra Sá “Pela Cidade”, Vale Tudo (RGE, 1984)
15. Painel de Controle “Relax”, Chama A Turma Toda (RCA, 1979)
16. Dedé “Sinceramente” (CBS, 1983)
17. Cristina Camargo “Moral Tem Hora”, S/T (CBS, 1980)
18. Junior Mendes “Copacabana Sadia”, Copacabana Sadia (RCA, 1982)
19. Marcos Valle “Bicicleta” (Som Livre, 1984)
20. Sandra Sá “Se Grile Não” (excerpt), Olhos Coloridos (RGE, 1982)
21. Claudia Telles “Conselhos”, S/T (CBS, 1978)
22. Viva Voz “Fugitivos De Azul” (Som Livre, 1984)
23. Jon Lucien “Come With Me to Rio” (Som Livre, 1983)
24. Emilio Santiago “Velhas Içadas” (exceprt), Ensaios De Amor (Polygram, 1982)

__________________________________________________________

* C’est vrai que sur les photos récentes, il faisait vachement plus vieux…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s