Disques/Pernambouc

La Trilogie du corps d’Alessandra Leão (1)

L’âme et les os, dit-elle, voilà ce que symbolise Pedra de Sal. Ce EP est le premier volet d’une trilogie dédiée au corps. C’est aussi le premier disque d’Alessandra Leão depuis cinq ans et son précédent album Dois Cordões, en 2009.

Alessandra Leão - Pedra de Sal

Alessandra Leão est très certainement la chanteuse actuelle la plus intéressante du Pernambouc, par la façon qu’elle a de s’ancrer profond dans les traditions de sa région et d’en tirer un langage original qui soit à la fois contemporain et personnel. Elle a commencé sa carrière au sein de Comadre Fulozinha, un groupe qui déjà effectuait un véritable travail de recherches sur les rythmes et musiques traditionnels, coco, baião et autres maracatus. Un sillon qu’elle n’a eu de cesse de creuser par la suite quand elle a composé ses propres disques. Egalement percussionniste, toute sa musique se développe à partir de cette base : une voix et un tambour. Pourtant on ne saurait imaginer sa musique sans la guitare de Caçapa, son mari. Ensemble, ils poursuivent une même quête créative au cœur de laquelle on retrouve un travail sur les polyphonies, comme en atteste d’ailleurs l’étonnant disque instrumental de Caçapa Elefantes na rua nova.

Língua est une trilogie dont chaque volet représente une partie du corps. Pedra de Sal symbolisant l’âme et les os tandis que Aço en sera la peau, la chair et le sang et Língua la langue même. Les deux prochains chapitres sortiront en 2015. Nous aurons donc le temps de découvrir si chacun a sa couleur propre mais, déjà, Pedra de Sal nous surprend .

En plus des tambours ilús qui accompagnaient sa musique, on trouve également des sons de boîtes à rythme ou de batterie (Guilherme Kastrup). Un son plus contemporain, plus rock. Co-auteur de deux titres, Kiko Dinucci, un vieux complice du couple Alê-Caçapa, invite sa guitare si caractéristique à dialoguer avec les parties de Caçapa.

En cinq morceaux, Alessandra Leão instaure une tension qui ne cesse de monter depuis le « Doutrina e Toque de Yemanjá » du début au terrible « Devora o lobo » qui clôt le EP dans un chant devenu rauque et va chercher son âme jusqu’à la moëlle…

En téléchargement gratuit sur son site ou en suivant le lien officiel ci-dessous…

Alessandra Leão, Pedra de Sal (2014)

01. « Doutrina e toque de Yemanjá »
02. « Pedra de Sal »
03. « Tatuzinho »
04. « Mofo »
05. « Devora o Lobo »

Une réflexion sur “La Trilogie du corps d’Alessandra Leão (1)

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s