Disques/São Paulo

Bruno Morais dans l’intimité du Studio A (1/2)

On a beau être un garçon discret, quand on possède un tel talent, ça se remarque : avec la sortie en Europe de son album A Vontade Superstar, Bruno Morais s’affirme comme une des révélations brésiliennes de l’année en Europe. Si j’ai chroniqué cet album pour Vibrations, c’est aujourd’hui sur d’autres enregistrements que nous souhaitons attirer l’attention. Des chansons qui traduisent bien l’art très particulier de Bruno Morais…

Bruno Morais estudio a.1

Pour dire combien sa musique me touche, il suffit d’indiquer qu’elle m’accompagne souvent tard le soir. C’est fréquemment la dernière musique que j’écoute, quand la maisonnée dort déjà et que l’on se retrouve dans cet état d’abandon intime qui précède le sommeil. Ce moment est précieux et seules des musiques déjà chères en passent le seuil.

Dans le cadre du projet LALB (Lado A Lado B), Bruno Morais a lancé cet été deux nouveaux morceaux disponibles en 45Tours et, également, en téléchargement gratuit. Le format lui convient car il avait déjà sorti par le passé deux 45 Tours qui sont de purs petits bijoux : Estúdio A.1, en 2009, et Estúdio A.2. l’an dernier. Le studio A en question est celui de son label YB, certainement un des plus beaux de São Paulo.

Les deux chansons qui figurent sur le premier Estúdio A appartiennent à cette catégorie très sélective des musiques que l’on écoute au fond de la nuit. Elles y figurent même parmi mes favorites.

Sur la Face B, Bruno Morais a choisi là de reprendre « Bichinho do Sono », œuvre de Lulina qui est d’ailleurs devenue, au même titre que Bruno, une des artistes choisis pour le projet LALB. Alors que l’original est un morceau plutôt rock, il est ici transfiguré. Bruno Morais n’élève pas le ton et son chant reste une caresse mais on croirait entendre dans la batterie de Guilherme Kastrup l’écho des tambours de Bahia tandis que le solo de trompette de Guizado donne de la profondeur au morceau.

« Cidade Baixa », sur la Face B, est également une reprise. C’est une chanson écrite par Romulo Fróes et Nuno Ramos. Bruno Morais fait vivre le texte avec sensibilité et pose son chant feutré sur un subtil accompagnement où la guitare de ZéPa et le cavaquinho de Mauricio Tagliari lui-même, patron de YBMusic, tissent juste ce qu’il faut de trame. Cette chanson est d’une douceur folle et sa mélodie vient souvent me trotter dans la tête. Peut-être est-ce parce que je l’écoute au seuil du sommeil, qu’elle s’y immisce si souvent…

Avant de découvrir A Vontade Superstar, c’est le premier enregistrement de Bruno Morais que j’ai connu et il me révéla un interprète formidable… La suite ne viendrait que confirmer ce talent.

A suivre, Estúdio A.2…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s