Disques/Pará

Ver-O-Peso, la Carimbó Party

Demain, c’est la fête d’anniversaire du grand, huit ans. Soit la perspective d’une maison pleine d’une douzaine de gamins déchaînés. Puis, viendra l’heure de l’apéro avec presque le double de parents. Si je veux qu’ils s’incrustent, je n’aurais qu’à mettre à fond l’irrésistible compilation Ver-O-Peso que vient de réaliser Ronaldo Evangelista au retour d’un séjour à Belém. Une sélection à base de carimbó qui devrait mettre le feu sur n’importe quel dancefloor.

Ver-O-Peso

C’est en août dernier que Ronaldo Evangelista mettait pour la première fois les pieds à Belém, il en est revenu les sacs plein de disques précieux. Qu’un jeune journaliste et blogueur aussi influent que lui aille faire son miel là-bas illustre une tendance forte, l’incroyable attrait qu’exerce actuellement les musiques du Pará. Ronaldo et ses amis du Veneno Sound System, Maurício Fleury (Bixiga 70) et Peba Tropikal, sont d’insatiables crate diggers, toujours à fouiner dans les bacs à disques en quête du son qui déchirera de la mort qui tue. Leurs sets de plus en plus renommés sont ceux de puristes qui exercent leur talent de DJ en mode vinyl only, le versant noble de la profession.

Cette sélection impeccable a de quoi rendre jaloux (ou admiratif) Hugo Mendez de l’excellent Sofrito Sound System. Accompagné d’un livret documentaire, elle ne déparerait pas dans le catalogue de compilations des prestigieux Soundway* et autres labels de référence en matière d’exploration (et d’exhumation) des musiques populaires dansantes. Depuis une dizaine d’années, ont ainsi été redécouverts l’afrobeat, l’éthio-jazz ou la cumbia, pour ne citer que ceux-là. La cumbia, justement, a conquis par le passé un continent entier par la simple grâce d’un rythme aussi rudimentaire qu’irrésistible. Elle se conjugue aujourd’hui électro en nueva cumbia ou se calque à merveille sur le skank jamaïquain. Dans les années soixante et soixante-dix, elle a aussi influencé le carimbó du Pará comme en témoigne justement cette belle sélection Ver-O-Peso (du nom d’un marché historique de Belém).

Le patrimoine brésilien en matière de musiques populaires est d’une richesse inouïe. Il y a vingt ans, la jeunesse du pays s’enthousiasmait pour le forró, j’ai comme l’impression qu’aujourd’hui la curiosité remonte plus au Nord encore, vers le Pará. Reste à savoir si le succès d’artistes comme Gaby Amarantos ou Felipe Cordeiro y contribue ou si, au contraire, ils sont portés par la vague…

Le carimbó est une musique indigène dont le nom dérive de celui d’un tambour en langue tupi, mais il est devenu cette redoutable machine à faire danser grâce à l’apport des rythmes afros. Il a inspiré la lambada (dont le succès phénoménal rencontré ici ne doit pas nous faire oublier qu’il ne s’agissait que d’une version dénaturée), ou encore la guitarrada, autres genres majeurs de cette région.

La présence de Nazaré Pereira dans cette sélection offrira au public français un nom familier, pour le reste, on retrouve des vedettes du genre comme Pinduca et son démentiel « Dona Maria », pure folie avec le tambour super loud in the mix, Mestre Verequete, ou Mestre Vieira, l’inventeur de la guitarrada. Un mix chaud comme le « Pimenta Malagueta » que chante Candango do Ypê !

Ver-O-Peso (2012), compilé par Ronaldo Evangelista (Veneno Sound System) et offert en mp3 (320 kbps)

01. Nazaré Pereira, « Sinhá Pureza »
02. Pinduca, « Dona Maria »
03. Xavier, « Mistura de Carimbó com Ciranda »
04. Mestre Cupijó, « Cadê o Anel »
05. Grupo Folclórico do Pará, « Lundu »
06. Mestre Verequete, « Boa Noite Senhoras e Senhores »
07. Irmãos Coragem, « Mambo do Curió »
08. Super Banda Guarujá, « El Mambo de los Maestros »
09. Marcos Gilkes, « La Banda Borracha »
10. Teixeira de Manaus, « Bailando Cumbia »
11. Pim, « Lambada da Barra »
12. Hugo Blanco, « Un Padrenuestro en la Playa »
13. Conjunto Sompop, « Rainha do Mar »
14. Mestre Vieira, « Cumbia Nacional »
15. Carlos Marajó, « Lambada do Lambadeiro »
16. Marinela, « Carimbó da Vila do Mosqueiro »
17. Candango do Ypê, « Pimenta Malagueta »
18. Pinduca, « Lambada N° 3 »

___________________________________

* Ma préférée : Palenque Palenque (Champeta Criolla & Afro Roots in Colombia 1975-91), une pure folie !

6 réflexions sur “Ver-O-Peso, la Carimbó Party

  1. Merci Olivier de nous avoir signalé cette compilation festive.

    Pour compléter cet article et à propos de carimbo, j’ai interviewé l’année dernière Marco André (électro carimbo) et enregistré le Trio Manari qui donnait un workshop de carimbo traditionnel. Ca se passe ici :
    http://bossanovabrasil.fr/marco-andre-de-belem-a-rio-276483.html
    et là :
    http://bossanovabrasil.fr/decouvrir-le-carimbo-226428.html

    Bon courage pour l’anniversaire !

  2. Merci pour la compilation. Je viens de découvrir votre blog et je sens que je vais me régaler à explorer cette musique brésilienne dont j’ignore tout.

  3. Au passage, j’ai une copie 320kbps de :
    Pinduca – Muito
    Uirapuru Mirim (groupe Carimbo d’enfants, ça déboite)

    Si ça vous branche, contactez-moi. Par ailleurs je devrais en choper un peu plus prochainement (Nazaré Pereira, Mestre Verequete, Pinduca …)

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s