Bahia/Portrait

Spéciale Caetano Veloso pour ses 70 ans !!!

Caetano Veloso, né le 7 août 1942 à Santo Amaro da Purificação, fête aujourd’hui ses soixante-dix ans. Axé !Nous allons donc lui rendre un hommage chaleureux tout au long de ce mois d’août. Caetano est un artiste à part qui occupe déjà une place unique dans l’histoire de la musique brésilienne. Lui même en a une conscience aiguë, si aiguë d’ailleurs qu’il en donne à ses détracteurs le bâton pour se faire battre.

Caetano estrangeiro contracapa

Caetano est également un artiste à part pour moi. Unique. C’est lui qui m’a ouvert la porte de la musique brésilienne. Lui dont la voix m’a instantanément envie de découvrir le lieu d’où il venait, Bahia, même s’il me fallut dix ans avant de m’y rendre. J’ai déjà raconté ici le choc de cette découverte, en 1989, et c’est pourquoi j’ai choisi pour cet anniversaire cette photo, laquelle se trouve au dos de la pochette de l’album Estrangeiro sorti cette année-là. Et probablement que sans cette révélation je ne serais pas, aujourd’hui, en train de tenir un site dédié à la musique brésilienne…

En attendant les prochains artistes au gré de leur date de naissance, Caetano est le troisième de cette formidable génération de 1942 à être fêté dans nos colonnes, après Jorge Ben et Gilberto Gil. L’actualité dense et mes activités annexes (professionnelles et celles de la « vraie vie ») nous ont fait prendre un peu de retard. Il reste encore un texte à publier concernant Gilberto Gil pour que notre hommage soit complet. Le temps étant venu des vacances, nous essaieront de faire à Caetano, malgré ces circonstances démobilisantes, la célébration la plus digne qui soit pour un tel illustre personnage.

En attendant, vous pouvez déjà trouver dans les archives des Afro-Sambas.fr, quelques articles qui lui sont consacré :

« Une Séance de cinéma transcendental avec Caetano Veloso », là où j’évoque cette découverte…

« Caetano Veloso, le petit lion et les enfants »

« Quand Elza Soares volait la vedette à Caetano dans son propre film… »

« Caetano et le samba-enredo d’Orfeu »

« Ces Doux Barbares qui se ressemblent tant »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s