Brasil/Disques/São Paulo

Lurdez da Luz, la secousse « Levante »

Le hip hop est un univers très masculin. Au Brésil comme ailleurs. Alors quand une fille s’y impose, cela mérite qu’on s’y attarde. Lurdez da Luz est cette fille, la véritable figure de proue du rap féminin brésilien. Mais jusqu’à maintenant, à chaque fois qu’elle lançait un clip, alors que nous avions prévu de le présenter, le temps passait et par la même l’occasion de le faire aussi. Cette fois-ci est la bonne, son « Levante » devrait mettre tout le monde d’accord et la positionner sur l’échiquier mondial des filles qui claquent des rimes sur les gros sons électronisants du batuque global.

lurdez levante

Si elle mène désormais sa carrière solo, Lurdez da Luz s’est faite connaître au sein du Mamelo Sound System où elle partageait le micro avec Rodrigo Brandão. On l’a depuis souvent croisée, au côté de Kiko Dinucci, des MarginalS de Thiago França. Avec 3 Na Massa. Ou au sein du super-groupe Ekundayo où accompagnée de Mike Ladd et Rodrigo Brandão, elle donnait de la voix sur les formidables textures sonores de Naná Vasconcelos, Rob Mazurek, M. Takara et quelques autres.

Comme Criolo, elle a sollicité Marcelo Cabral pour qu’il produise son précédent EP. Comme lui, elle l’a mis en téléchargement gratuit sur son site. On y remarquait déjà la présence des sus-mentionnés Takara et Mazurek et la bande-son qui soutenait ses raps était d’une belle richesse musicale.

« Levante » est un nouveau titre de la rappeuse de São Paulo et sa couleur est bien différente. Si elle balance toujours ses mots avec une énergie de teigneuse, elle a adopté la cadence de ses consœurs M.I.A., Azealia Banks ou Amanda Blank et autres. Si Alexandre Basa, le producteur du morceau, est un habitué des productions rap (pour Black Alien notamment), il a tendu  une trame hyper punchy. Sans fioritures, efficace.

Elle s’en était d’ailleurs expliqué à Márcio Bulk pour Banda Desenhada. Selon elle, « Levante », « est dans la continuité des musiques du premier album mais très différent. C’est une évolution, même au niveau de la production. Le timbre est plus cru et privilégie plus le rythme. « Levante » est entièrement digital et j’ai pas mal changé ma façon de rimer. C’est un style plus parlé, sans beaucoup de poésie. J’ai senti la nécessité de dire les choses plus clairement, de me faire comprendre par tout le monde et pas seulement par celui qui est initié ou appartient à une culture x. Et c’est une démarche très sincère parce que je suis très touchée quand j’écoute un son comme celui-là : direct, sans détours. Ca réveille un sentiment différent d’une chanson plus poétique. Je voulais que « Levante soit un hymne chanté par tous ceux qui cherchent un monde nouveau et exalte la dignité que je vois dans notre peuple« .

Le clip réalisé par Ricardo Magrão est lui aussi concentré sur l’essentiel : Lurdez da Luz, rien qu’elle, avec ses gros tatouages cash, sacrée secousse.

Cerise sur le gateau, à la demande générale et parce qu’elle est sympa, Lurdez et son producteur nous offrent en téléchargement gratuit la version mp3 (avec une strophe en plus que dans le clip) de « Levante » !

Lurdez da Luz, « Levante » (2012)

 

Si vous êtes en Allemagne en juillet, Lurdez da Luz y passe le mois, voir l’agenda sur son site

Si vous voulez en savoir plus, l’indispensable interview de Márcio Bulk, « Filha de Janaina e Wolverine » (déjà tout un programme !) sur son blog Banda Desenhada

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s