Bahia/Clips

Daniela Mercury fête Luiz Gonzaga pour la Saint-Jean

Au Brésil, dans le Nordeste en particulier, les Fêtes de la Saint-Jean sont un des temps forts de l’année. Si le Carnaval est très fortement associé au samba, la Saint-Jean est plutôt incarnée par le forró. Un des événements commémoratifs de l’année là-bas, est la célébration du centenaire d’un roi, Luiz Gonzaga, surnommé le « Rei do Baião », qui a donné à ces rythmes du Nord rural une audience nationale.

C’est donc un hommage que souhaite lui rendre Daniela Mercury avec son nouveau morceau, « Santana dos Olhos d’Água ». En voici le clip où elle a pour partenaire l’acteur Jackson Costa.

Daniela SantanaVu d’ici, Daniela Mercury est l’interprète qui, en 1998, a offert un tube monumental à Carlinhos Brown. « Rapunzel », c’est lui. Même si le grand public ignore qu’il en est l’auteur. Vu du Brésil, Daniela Mercury, c’est encore et toujours du succès. Dès le début des années quatre-vingt-dix, elle se lance dans une carrière solo qui la voit populariser la musique axé dans tout le pays. Mais, à la différence d’Ivete Sangalo qui deviendra la vedette du genre en s’imposant par une énergie de pile électrique, plus près de la performance sportive que de la subtlitié artistique, Daniela Mercury évolue vers plus de variété. Si elle n’oublie jamais de danser, elle sélectionne un répertoire de vraies chansons et sollicite, pour ses albums, des compositeurs de talent. Outre Carlinhos Brown, elle a chanté Lenine ou Chico César mais aussi, la première, a offert à Lucas Santtana les voies de la reconnaissance en interprétant « Domingo no Candéal ».

Si elle a, comme tant de collègues au Brésil, décliné son dernier album studio, Canibália sorti en 2009, dans les versions live CD et DVD, ce nouveau titre est encore inédit et annonce peut-être la couleur de son prochain disque… On retrouve ici l’accordéon indispensable à tout hommage à Luiz Gonzaga et une cadence enjouée comme les aime Daniela Mercury. Le genre de morceau que vous pourrez passer à fond pendant vos festas juninas de salon. Même si les Sertão et bûcher de son clip semblent de carton pâte…

Quant à Daniela, elle est plus ravissante que jamais.

L’an dernier, nous avions déjà consacré la Saint-Jean à l’évocation d’une chanteuse bahianaise, Silvia Torres, il serait temps d’envisager quelque chose de plus authentique pour l’an prochain. Un truc bien rural du Pernambouc, sérieux.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s