Clips/Disques/São Paulo

Les Amours enfantines du lion et de la girafe selon Leo Cavalcanti

Mignon. Pour qu’en bon homme des bois assumé, je dise que le nouveau clip de Leo Cavalcanti est mignon, c’est que cette histoire d’amour sans paroles entre un lion et une girafe doit vraiment l’être. Extrait de son premier album Religar sorti début 2011, la chanson « Sem (Des)esperar » est un duo avec Tulipa Ruiz que l’on retrouve également dans ce petit film. Le lion et la girafe sont, en effet, interprétés respectivement par Leo et Tulipa.

Originaire de São Paulo, Leo Cavalcanti compte parmi les plus talentueux représentants de cette jeune génération de musiciens brésiliens clairement plus inspirés par la pop que le samba. Pour le situer, à la sortie de Religar, début 2011, la musique de Leo Cavalcanti avait été qualifiée de « pop transcendantale« . Je vous en laisse juge. Mais, en bon sociologue de formation, le titre m’avait spontanément renvoyé à l’étymologie latine du mot religion, religare. Ce qui relie. Eh bien, c’est bien ce sens-là qui a incité le jeune homme à choisir ce titre… « Quand j’ai découvert que religar en latin (religare) est à l’origine du mot religion, j’ai commencé à avoir un autre point de vue sur le sujet. (…) Et j’ai l’impression que nous vivons un moment de l’histoire de l’humanité où il est bon de revenir à cette notion de religar. On vit dans un monde où il y a tellement de confusion, de crise de conscience individuelle et collective. Pour moi, l’art a ce sens, ce rôle d’expansion de la conscience pour qu’on ne reste pas ancrés sur nos préjugés, pour se relier les uns les autres« . Pour un public d’ados, le type doit être Nietszche !

Bien qu’un poil présomptueux sur la longueur des morceaux, Leo Cavalcanti a signé un bel album pop orchestrale dont on peut répéter les écoutes pour saisir les détails et, à chaque fois, encore se laisser surprendre. Parce que les compositions (qu’il jouait sur scène depuis 2007) sont recherchées et qu’il est remarquablement produit et arrangé. Religar brille d’orchestrations riches (une quarantaine d’instruments a été utilisée) et, à ses côtés pour la production, on retrouve Décio 7 et Cris Scabello (tous deux membres de Bixiga 70 et Rockers Control).

Leo s’appuie sur une base de violão impeccable mais, plus surprenant pour un Brésilien, le jeune homme s’est pris de passion pour le oud. Une couleur orientale surgit alors au gré de quelques morceaux mais est-ce parce qu’il est fils de Péricles* qu’on pense à la musique grecque sur « Religar » ?

De l’ensemble du disque, « Sem (Des)esperar » est peut-être la chanson la plus légère et pop, celle qui chaloupe reggae. Le film qui l’accompagne est tout aussi léger. Leo le lion et Tulipa la girafe s’aiment depuis l’enfance mais sont maintenant séparés. Toujours amoureux, ils s’échangent des courriers. Point de prose enflammée mais des photos, une pièce de puzzle… Vont-ils se retrouver après cette brouille ?

Dans l’histoire encore jeune du vidéo-clip, l’homme à tête d’animal est déjà presque un genre en soi. Immortalisé par Spike Jonze pour Daft Punk avec le chien de « Da Funk », on avait récemment apprécié le « Let There Be Horns » de RJD2 où un minotaure perd ses nerfs.

Le charme de « Sem (Des)esperar » repose sur un souci du détail. Ainsi, ce lion jeune homme utilise beaucoup d’appareils vintage. On voit traîner un film argentique sur sa table et il écoute encore de vieilles cassettes. Ce qui donne lieu à un petit jeu de name-dropping puisqu’on peut lire sur la tranche de cette cassette enregistrée maison les noms de Violent Femmes et The Pogues. Deux groupes emblématiques des années quatre-vingt partageant une même approche punk acoustique, appliquée aà la coutrny pour l’un et au folklore irlandais pour l’autre. On note aussi que Leo a un point commun avec… Gonjasufi. Non, ce n’est ni la musique ni la personnalité, juste qu’ils se revendiquent « prof de yoga » !

Croyez-moi, on entendra reparler de ce talentueux jeune homme. En attendant le prochain album de Leo Cavalcanti, qu’il annonce beaucoup plus simple et dont une paire de titres a déjà été mis en écoute, on peut télécharger Religar  librement sur son site (un petit mp3 160 kbps seulement).

 

Leo Cavalcanti, Religar (2011)

01. « Ouvidos Ao Mistério »
02. « Inalcançável Você »
03. « Dentro »
04. « Frenesi de Otário »
05. « Dissabor »
06. « Sem (Des)esperar » (avec Tulipa Ruiz)
07. « Vinheta – Cantos Novos »
08. « Religar »
09. « Acaso »
10. « A Tal da Paciência »
11. « Soldado »
12. « Vou Ser Você »
13. « Chuvarada » (avec Tatá Aeroplano)
14. « Medo de Olhar Pra Sí »

Leo Cavalcanti, « Oração de Carnaval » (2012) @ Soundcloud

_________________________________

* Péricles Cavalcanti, lui-même compositeur et chanteur…

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s