Bahia/Disques/Rio

L’Autotune comme lifting ? Quand Gal Costa est métamorphosée par Caetano

La grande surprise de la fin d’année fut la sortie du nouvel album de Gal Costa, entièrement composé et produit par Caetano Veloso, surprise parce que ce Recanto est carrément électro ! Un virage dans la carrière de Gal que seul Caetano probablement pouvait la convaincre d’effectuer. Car il faut une sacrée confiance en l’autre pour se livrer à lui de la sorte…


Que Gal Costa et Caetano Veloso travaillent ensemble sur un album, quoi de plus normal. Ils ont commencé la carrière ensemble, en 1967, par un disque en duo, le très bossa-nova Domingo, un album qui contient une chanson de Caetano ayant traversé sa carrière, le délicieux « Coração vagabundo ». Et, depuis quarante-cinq ans, Gal n’a jamais cessé de chanter les compositions de Caetano. Entre eux, les liens sont plus qu’amicaux, presque fraternels.

Gal Costa n’avait pas sorti d’album studio depuis longtemps, depuis Hoje, en 2005. Celui-ci contenait de belles choses et voyait Gal se rapprocher de la jeune génération ou choisissant le répertoire du disque parmi les chansons d’auteurs moins fameux que ceux auxquels elle se dédiait habituellement. Hoje était surtout marqué par une approche acoustique d’où notre surprise aujourd’hui.

Gal a donc délaissé l’acoustique pour l’électro. Elle a soixante-six ans. Caetano soixante-dix dans quelques mois. On sait qu’au fond de lui, il y a toujours un adolescent curieux, que son art est sa jeunesse éternelle. Quitte pour cela à vampiriser ses jeunes collègues. Mais être resté « jeune » ne fait pas forcément de vous un musicien capable de sortir un album de musique électronique consistant. Autour de lui, pour l’enregistrer, on retrouve donc des musiciens plus jeunes : son fils Moreno, le désormais indispensable Pedro Sá, Donatinho, fils de João Donato, Kassin, ainsi que Rabotnik et Bartolo (Duplexx). Qu’en est-il des textures, des rythmiques ? Le disque est très downtempo et minimal, mais surtout on a l’impression que l’électro sert à obtenir des couleurs dures et froides. C’est le parti-pris de Caetano… Et quand on tient le « tube », le morceau qui va se danser, « Neguinho », c’est pour mieux y épingler le matérialisme et le manque de curiosité de ses contemporains !

Car avec Recanto, on a l’impression que Gal s’est livrée aux mains de Caetano, en baissant la garde et lui laissant toute liberté. Que l’album soit une œuvre de Caetano, cela ne fait aucun doute. Il n’a pas fait que composer l’intégralité des morceaux, dont neufs titres inédits, et produire l’album, il l’a pensé et conceptualisé. Une impression renforcée par l’interview qu’ils ont donné pour présenter l’album. Il ne lui laisse pas en placer une ! Il parle, parle et Gal semble curieusement en retrait, presque étrangère au processus. Dans le processus, il semble que Moreno a beaucoup joué le go-between. Gal recevait les morceaux que lui envoyait Caetano en mp3 et c’est avec Moreno qu’elle s’en imprégnait, y apportait ses suggestions. Puis Moreno revenait vers son père pour avancer dans la création de l’album.

Pour décrire un tel virage dans la carrière de Gal, peut-on parler, à son âge, de mue ? Et si l’épiderme doit servir de métaphore, plutôt que d’une mue, est-il plus juste de parler d’un… lifting ? Curieuse impression car si les habits sont modernes, rien n’est fait pour cacher l’impact du temps sur la voix de Gal. Son visage s’affiche fièrement, sans maquillage, sans artifices. Sublime, toujours, mais quelle est loin l’insouciante sensualité de l’icône des années hippies, celle dont nous évoquions les fameuses dunes de Gal où se retrouvaient la jeunesse rebelle. Que le verso de la pochette les montre en leurs jeunes années ne fait que renforcer cette idée, souligner la distance. Le chant de Gal n’a plus la même souplesse, sa voix est plus grave. Et c’est aussi ça le thème du disque. Ne rien cacher du temps qui passe, de ce que signifie vieillir. Aussi cette sobriété imposée par l’âge doit-elle se révéler plus que se cacher, contrairement à ce pourrait laisser croire l’électro du projet.

Emblématique de cette idée, « Autotune Autorerótico ». Comme son titre l’indique, il joue avec l’autotune. On pourra toujours moquer Caetano, se dire qu’il est le vulgaire suiveur d’un effet déjà éculé et devenu insupportable, que c’est un outrage fait à la voix de sa muse, ce serait se tromper : jamais l’utilisation de l’autotune n’avait été faite avec une telle sensibilité. En ce sens, il n’est pas question de lifting, mais au contraire de souligner le trucage… Le geste n’est pas le même de mettre un filtre d’autotune sur la voix d’un jeune n’ayant jamais su chanter juste que sur celle d’une des grandes divas de la musique brésilienne de ces cinquante dernières années. Comme une manière à la fois ludique et émouvante de dire que les personnes âgées ont besoin d’assistance ! De même « Tudo dói », littéralement « tout fait mal« , rappelle qu’avoir mal c’est être encore vivant.

Caetano a parfois besoin de passer par la voix des autres pour être personnel. Il signe un album d’une rare émotion. Il glisse les échos de son enfance et de son Recôncavo natal sur « Segunda » où le rythme est gratté au prato e faca, par un couteau sur une assiette, comme le faisait sa nounou Dona Edith qui s’en était fait un nom : do Prato. Et Caetano puisque ce n’est pas lui qui chante, peut bien s’amuser à balancer un rap ! Caetano a déjà rappé, ce n’est pas nouveau, c’était au début des années quatre-vingt, sur le morceau « Lingua », en duo avec Elza Soares. C’est donc sur l’autre titre dansant, « Miami Maculelê », le dernier morceau de l’album, alors qu’on ne l’avait pas entendu jusque-là, qu’il se lâche ! Et même si son flow est loin d’être impérissable,  pouvait-il rêver plus beau pied-de-nez ? Il invente l’électro et le rap de vieux et vous emmerde !

Une réflexion sur “L’Autotune comme lifting ? Quand Gal Costa est métamorphosée par Caetano

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s