Brasil/Documentaires

Le « Cálice » de Chico Buarque et Gilberto Gil et la censure (1973)

Il y a quelques semaines, pour présenter Criolo, nous avions utilisé en guise d’introduction son interprétation a capella de « Cálice ». Il avait ajouté ses propres paroles à ce classique de la chanson subversive composée au temps de la dictature militaire. Chico Buarque n’y a vu aucun outrage, au contraire, lors de ces derniers concerts, il a lui-même repris les mots de Criolo en souhaitant rendre hommage à « ce rappeur de São Paulo« . Et, il y a quelques jours, c’est Criolo qui a posté cette vidéo historique sur sa page Facebook.

Ce sont des archives exceptionnelles que nous découvrons là. Ces images furent tournées en mai 1973 lors du festival Phono 73, organisé par le label Phonogram à des fins promotionnelles. Pendant deux jours, au palais des congrès d’Anhembi, à São Paulo, toutes les vedettes du label se sont relayées sur scène. C’est un témoignage précieux sur l’époque qui nous montre les accoutrements hippies de Caetano Veloso, Maria Bethânia ou Gal Costa. Sans oublier Raul Seixas. Dans cet extrait, on aperçoit également Nara Leão, Jorge Ben, Elis Regina, Vinícius et Toquinho…

Le fait marquant du festival fut l’interprétation de « Cálice » par Gilberto Gil et Chico Buarque. Cela nous ramène brutalement à la réalité. C’est bien sympa de voir les tenues extravagantes de nos hippies bahianais, la répression n’est jamais loin. Ainsi, « Cálice » étant censuré, le micro de Chico fut coupé sur ordre de la police. On le voit qui tape du doigt dessus, peut-être pour le prouver. A la fin d’un autre titre, « Baioque », toujours le micro coupé, on l’entend crier « censura filha de puta« . L’ironie de la chose, si je puis dire, c’est que la chanson joue sur un double sens, le calice certes, mais sa prononciation en portugais signifie également « tais-toi ». Et puisque la censure consiste littéralement à réduire au silence, c’est à Chico que fut cloué le bec.

 

Pour information, Phono 73 est sorti sous forme de coffret (trois CDs et un DVD).

Une réflexion sur “Le « Cálice » de Chico Buarque et Gilberto Gil et la censure (1973)

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s