Bahia/Documentaires/Portrait

Claudinho et ses bidons, « meilleur batteur du Brésil » ?

 La semaine prochaine, je vais découvrir sur scène Konono n°1 au Worldwide Festival, à Sète. Leur incroyable son tradi-moderne repose sur des distorsions involontaires liées au système d’amplification de fortune des likembés. Les batteries sont bricolées à base de jantes et autres accessoires recyclés. Dans la même veine, où le dénuement ne bride pas l’expression musicale, voici une vidéo qui fait un tabac au Brésil. Présenté comme « o maior baterista do Brasil » avec un sens de la démesure à faire rougir un Marseillais, on y découvre Claudinho qui s’est construit une batterie de fortune… On se souvient que Carlinhos Brown déclarait : « les boîtes de conserve sont les pianos du Tiers-Monde ». On complètera en ajoutant que les bidons sont ses tambours ! Et on pourrait paraphraser Nougaro, « les gosses jouent, mais le ballon tambour, c’est une boîte de sardines, bidon ».

claudinho

Le jeune homme s’appelle Claudio Novaes de Almeida. Il habite un village proche d’Itiruçu, petite bourgade de l’état de Bahia. Il s’est construit une batterie avec des bouts de bois et quelques bidons. Une vidéo où  ce batteur est en action a été postée sur YouTube. Elle a attiré l’attention de producteurs et Claudinho se retrouve depuis quelques semaines invité dans plusieurs émissions de télé (Caldeirão do Huck, Domingão do Faustão…).

Des types comme Claudinho qui tape sur tout et n’importe quoi, il y en a plein les rues au Brésil*. Sans jamais que quiconque leur manifeste le moindre intérêt. A la différence toute provisoire de Claudinho qui est en plein dans son quart d’heure de gloire « warholien ». Cette notion est devenue d’une terrible banalité mais elle dit toujours quelque chose de notre société. Pire, elle est encore plus juste aujourd’hui qu’à l’époque où Andy Warhol l’avait affirmée. La petite phrase est devenue prophétique depuis que notre société a vu déferler la vague des people, puis comme ça ne suffisait pas, celle des faux people. Vous voyez le niveau !

Claudinho va-t-il se voir proposer des opportunités professionnelles ? Va-t-il rentrer à Itiruçu et continuer à jouer sur sa batterie en kit de récup’ ? A votre avis ? Rappelons que le principe du quart d’heure de gloire est indissociable de l’anonymat dans lequel on retombe juste après.

Précision, cette vidéo a été mise en ligne le 8 septembre 2009. C’est seulement en ce mois de juin 2011 que des producteurs se sont intéressés à lui. Le temps de l’anonymat est infiniment plus long que celui de la gloire.

La plupart des commentaires, très nombreux sur la page YouTube, réclament qu’on lui offre enfin une vraie batterie parce qu’il le mériterait bien !

________________________________

* Même sur YouTube, vous en trouverez de nombreux exemples.

Une réflexion sur “Claudinho et ses bidons, « meilleur batteur du Brésil » ?

  1. Belle trouvaille ! :o))et quelle ne fut pas ma surprise d'entendre DrFunkathus dans l'émission Sur les docks de france cul ! good job !abraços

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s