Rio

Seu Jorge & Almaz, « The Model » (Chapter 2) : Oshun and the Dream

Début novembre, nous avions présenté dès sa sortie la vidéo de « The Model », une reprise de Kraftwerk, le premier clip inspiré de l’album de Seu Jorge & Almaz, voici maintenant le deuxième volet Oshun and the dream, tout juste dévoilé par l’IFC (Independent Film Channel)… Toujours en noir et blanc. Toujours situé dans cette belle maison sur les collines de Hollywood. Toujours réalisé par Kahlil Joseph. La première partie nous avait laissé sur notre faim. Elle n’était finalement qu’un teasing. Celle-ci est une vraie réussite. Un véritable court-métrage au climat envoûtant. Seu Jorge y interprète Marcello, un type qui flotte entre sommeil et rêve puis qui s’allonge dans son fauteuil… A la fois lymphatique et troublé…

Car Marcello est obsédé. Il s’étend, au sens propre et figuré, auprès de sa psy au sujet d’une femme qui apparaît dans tous ses rêves. C’est une jeune femme noire aux cheveux très courts, très belle. « Enigmatique« , c’est le mot qu’utilise Marcello. Il n’en est pas tout à fait sûr, après tout, c’est un rêve, mais il pense qu’elle doit être un mannequin, ou quelque chose comme ça… Cette apparition onirique est interprétée par une vraie mannequin, Jodie Smith, et si elle vous trouble autant que ce pauvre Marcello, vous pouvez aller jeter un oeil sur son propre blog… Pour rappel, dans le candomblé, Oshun (ou Oxum) est l’orixa associée aux rivières et à la… beauté.

Beau film. Très audacieux dans son approche : illustrer une chanson sans pratiquement la faire écouter, tout en la rendant entêtante. Dans « The Model » (Chapter 2) : Oshun and the dream, on entend le score qu’a composé Miguel Atwood-Ferguson (dont on apprécie le travail au sein du collectif Build An Ark), on entend Seu Jorge chanter les premières lignes de la chanson en s’accompagnant à la guitare, un extrait du morceau joué avec Almaz, comme en fin de bande, quand ça s’étire en dub, comme si Kraftwerk se produisait dans un terreiro… Et quelques notes seulement de la version de l’album, qui suffisent à imprégner l’ambiance du film et nous trottent ensuite longtemps dans la tête…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s