Grandes Traductions/Interviews/Portrait/Rio

Quand Baden Powell a cessé de chanter les Afro-Sambas…

Aujourd’hui, 26 septembre, cela fait dix ans que Roberto Baden Powell de Aquino nous a quitté. Parce que Os Afro Sambas est un album qui a bercé ces derniers mois où je l’ai beaucoup écouté, encore maintenant que l’automne est là, l’hommage à Baden s’imposait en ces colonnes. Os Afro Sambas est un classique, vibrant tout à la fois de spontanéité et de spiritualité. On y sent l’urgence, on y sent la vie, on y sent la dimension mystique du côté afro et l’élan du côté samba. Il y a quelques semaines déjà nous avions évoqué ce chef d’œuvre de Baden Powell et Vinicius de Moraes. Nous profitions du trentième anniversaire de la mort du poète pour revenir sur sa collaboration inspirée avec Baden Powell. Nous promettions de revenir très vite sur cet album, en l’abordant cette fois-ci du point de vue de Baden.

BadenPowell+visageVinicius a toujours attribué la beauté de ce disque à Baden. Il écrivait ainsi : « ces antennes qui relient Baden à Bahia et, par extension, à l’Afrique, lui permettent de réaliser un nouveau syncrétisme : donner une couleur carioca, dans l’esprit du samba moderne, au candomblé afro-brésilien et, dans le même temps, lui donner une dimension plus universelle. Jamais auparavant les thèmes noirs du candomblé n’avaient été traités avec autant de beauté, profondeur et richesse rythmique » . Bel éloge…

Il y a cependant quelque chose d’un double sacrilège dans le rapport de celui-ci aux Afro Sambas.

Premier sacrilège, il les ré-enregistra en 1990. Certes en essayant d’y être fidèle à la virgule près. Mais même si on y retrouve aux chœurs, comme en 1966, le Quarteto Em Cy, c’est sans Vinicius bien sûr, qui était mort dix ans plus tôt, que Baden Powell se lança dans ce projet.

L’intention en était peut-être louable, comme il l’expliquait dans les notes de pochette de ce remake des Afro-Sambas.

« Cet enregistrement constitue, pour le Brésil, un travail hautement culturel, il s’agit de mes œuvres et celles de notre très regretté Vinicius de Moraes – les célèbres Afro-Sambas. Les Afro-Sambas ont été composées aux environs de 1962 et enregistrés en 1965/1966. En ce qui concerne la qualité sonore, c’était ce qu’il y avait de plus mauvais car il n’existait en ce temps-là que deux pistes stéréo. L’enregistrement a eu lieu un jour de déluge inoubliable. La pluie avait inondé le studio. Je chantais et on jouait installés sur quelques caisses de bières et de whisky qu’on avait vidées depuis un bon moment. Nous étions très inspirés mais aussi bien ivres. Plus très professionnels en fait. Tout le monde a participé à l’enregistrement, fiancées, femmes, amis… Il fallait absolument refaire cet enregistrement. Quel dommage que Vinicius ne soit plus parmi nous ! Nous sommes déjà en 1990, l’heure est venue, j’ai pris mon courage à deux mains et, sans l’aide de personne, j’ai tout refait, écrit tous les arrangements, la direction d’orchestre (…)

J’ai veillé à tout noter sur les partitions – surdo, tambourin, agogô, afoxé, atabaque, et d’autres effets comme les sons de cloche, grelots, les bruits de vagues. Et comme beaucoup connaissent déjà ces musiques, j’ai pris soin de ne pas changer une seule virgule, afin de ne décevoir personne. Ce disque a été refait avec la technologie moderne et il est bien exécuté et bien accordé. Bref, mon objectif est que cette œuvre traverse ce siècle avec dignité ! Il est nécessaire de maintenir un bon niveau de son. Les graves, les aigus, les médiums doivent être fidèles (…), les échos ou la réverbération : fidèles, aussi« .

Fidèles… Mais l’esprit pourtant semble s’être évaporé en même temps que le progrès technologique amenait sa haute-fidélité… L’émotion de l’original a disparu. Ce qui était peut-être prévisible en l’absence de Vinicius !

Baden+Powell+-+os+afro+sambas

Mais le second sacrilège que commit Baden Powell à l’égard des Afro-Sambas est intervenu quelques années plus tard quand il se convertit à la religion évangélique. Avec pour conséquence qu’en 1999, peu avant de mourir, Baden Powell déclare : « je ne peux plus dire saravá*. Je peux jouer la « Samba da Bênção » mais je ne dis pas saravá car c’est une louange de Satan » (« Não digo mais saravá. Posso tocar o Samba da Bênção, mas não falo saravá, porque é um louvor a Satanás » ). Il faut savoir qu’au Brésil si le Catholicisme a longtemps combattu les religions afro-brésiliennes, il est devenu beaucoup plus tolérant. Par pragmatisme probablement, de nombreux fidèles fréquentant les terreiros une fois sortis de l’église. A l’inverse, les nombreuses églises évangélistes font preuve d’une impitoyable intolérance à l’égard des religions afro-brésiliennes, sommant leurs fidèles de ne pas fréquenter d’autres lieux de culte, caricature de monothéisme sectaire.

Dans une interview accordée alors à la Folha de São Paulo, il revenait sur cette conversion et ses conséquences… J’ai donc essayé d’en traduire quelques extraits…

D’où vient le côté afro des Afro-Sambas ?

Baden Powell : C’était déjà là, dans nos veines. Tout le Brésil est afro. C’est en nous. Vinícius et moi aimions ça. A cette époque, j’étudiais les chants grégoriens, les modes liturgiques. Je composais par-dessus, quand j’étudiais avec Guerra Peixe (arrangeur des Afro-Sambas de 1966). Les chants africains sont identiques aux grégoriens, c’est impressionnant. Je ne sais pas pourquoi, j’ai cessé d’étudier tout cela. Parce que je suis évangélique désormais. Les gens pensent que nous faisions une musique pour la macumba, le candomblé. Mais rien de tout cela, non. C’était uniquement culturel.

Quelle était votre religion à cette époque ?

Baden Powell : Non, non, cela n’a rien à voir. Ca pouvait être n’importe quoi. Vinícius était athée. Il n’y a pas besoin d’être dans la macumba pour jouer de la guitare. Il faut étudier, il ne faut pas croire que j’allais prendre deux bouteilles de bière et sortir jouer de la guitare. Ca ne mènerait nulle part. J’ai toujours eu une sympathie pour tous ces trucs de macumba, de candomblé. Comme tout catholique, non ? De là sont nés les chants que j’ai commencé à faire au berimbau.

J’ai fait un examen avec Guerra Peixe sur un chant grégorien. J’ai vu que cela ressemblait à un chant de sirène. De là vient « Canto de Iemanjá ». C’est une image qui existe au Japon, en Chine, depuis plus de dix mille ans. L’Afro-Samba est un style de musique qui existe au Brésil, comme le samba lent, le samba-canção, le samba de carnaval, le samba-choro, le samba-lamento. Ce dernier est lié à l’afro-samba, qui possède ce côté sombre de l’afro, le lamento. Il reste ce stigmate mais nos afro-sambas n’ont rien inventé. Aujourd’hui, je suis en train de faire une nouvelle étude sur les chants grégoriens pour une série de musiques évangéliques.

La dimension afro y sera-t-elle présente d’une manière ou d’une autre ? Votre religion ne l’aime guère…

Baden Powell : Il faut qu’elle y soit. Je n’ai pas de religion.

Vous dîtes pourtant que vous êtes évangélique.

Baden Powell : Je suis évangélique. Ma religion est le Christ. La bataille des évangéliques est avec la candomblé lui-même, pas avec la musique. Tu peux jouer tout ce que tu veux…

Pourquoi vous êtes vous converti ?

Baden Powell : Pourquoi ? Tu sais pourquoi je suis devenu évangélique ? Pour en savoir plus. C’est comme quand j’étais à la recherche des afros, je continue à chercher la sagesse. Et quand j’ai atteint un certain point de sagesse, j’ai vu que toutes ces histoires de candomblé étaient un grand mensonge. Et j’ai arrêté.

Est-ce que vous enregistreriez encore les Afro-Sambas aujourd’hui ?

Baden Powell : Oui, je les enregistrerais. Il n’y en a que quelques uns que je ne peux pas graver. « Samba da Bênção », par exemple. Je ne peux plus dire ‘saravá’. Je peux toujours jouer « Samba da Bênção » mais je ne dis pas ‘saravá’, parce que c’est une louange à Satan.

Est-ce que vous critiquez ceux qui le font ?

Baden Powell : Non, mon fils. Je ne critique pas, non. C’est seulement une question de sagesse. Je ne peux pas faire la louange mais je peux en parler, en discuter. « Berimbau » et « Consolação » sont des afro-sambas, je peux les interpréter. « Canto de Iemanjá », non, ce serait contribuer à une chose fausse. La musique, si elle existe, ce n’est pas un problème. Je peux jouer de la guitare, je peux en parler. Mais c’est juste que je ne peux plus faire des louanges.

Après la lecture de cette interview, il faut préciser que la conversion de Baden Powell fut tardive. Elle intervint à un moment où il était déjà malade et fragilisé… Il lui attribuait le fait d’avoir pu se débarrasser de sa très longue addiction à l’alcool. Il n’empêche, c’est d’une tristesse !

L’ironie de la chose, c’est quand on relit le post-scriptum de la lettre qu’il envoya à l’ingénieur du son français, lors de l’enregistrement de 1990 des Afro-Sambas

« P.S. : le technicien et moi avons remarqué, dans le dernier morceau, quelques bruits étranges. Ne fais pas attention, rien d’alarmant ! Il s’agit simplement des lamentations d’Exu !« 

_____________________________________

*Saravá signifie salut, bénédiction.

2 réflexions sur “Quand Baden Powell a cessé de chanter les Afro-Sambas…

  1. Bonjour, Baden Powell est à mon avis largement sous-estimé par les propres brésiliens. Est-ce parce que il vécut tant d'années en Europe ? Pour moi, c'est un Génie(au sens Africain même)! un talent, une inspiration sans égal, un surdoué de la guitare, un extra-terrestre.A chaque fois que je réecoute parfois a 10 , 20 ans certaine de ses musiques, je reste enchanté: elle n'a pas pris une ride ! Saravah !

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s