Rio

« Carinhoso » (1/2) : interprété par Paulinho de Viola et Marisa Monte

 

Seule l’Histoire fera d’une composition un standard. Seule sa résistance à l’épreuve du temps et aux innombrables reprises pourra lui conférer ce statut. « Carinhoso », composé par Pixinguinha  en 1917, est un standard de cette trempe, au moins aussi essentiel dans l’histoire de la musique brésilienne que les plus célèbres compositions de Jobim..
Pour une première évocation de « Carinhoso » et le faire découvrir à ceux d’entre vous qui ne le connaîtraient pas encore, j’ai choisi une version récente pour illustrer justement combien ce morceau traverse les époques et toujours brille du même éclat. Comment toujours il provoque ces petits picotements à fleur de peau et exerce cette petite pression sur le cœur qui font se sentir vivant. Bien vivant.
Paulinho da Viola est parfois considéré, à tort, comme passéiste. C’est juste qu’il connaît ses classiques sur le bout des doigts. Il s’ en explique :
« Quand j’écoute « Carinhoso » de Pixinguinha, je sais que la musique a été écrite en 1917, que c’était une autre époque, que la vie a changé. Qu’il s’est passé depuis un million de choses. Mais la musique est toujours vivante. Peu importe que telle œuvre ait été faite à une période X, qu’elle ait contribué à un mouvement Y, et provoqué telle réaction Z. Tout cela ne nous sert qu’à connaître un peu d’histoire mais n’a pas grande valeur pour moi.Tout pour moi se passe maintenant. Ce qui n’a pas d’importance, pas seulement pour moi mais pour l’Humanité, disparaît. Meurt, est abandonné (…). Quand on me décrit comme conservateur, passéiste, ancré dans le passé, je réponds : je ne vis pas dans le passé, le passé est une chose vivante en moi« .

Ainsi, était emblématique de son inscription dans le présent sa reprise de la chanson de Wilson Batista, « Meu Mundo é hoje (eu sou assim) » : « meu mundo é hoje não existe amanha pra mim« . Demain n’existe pas pour moi !

Meu Tempo é hoje, c’est justement le titre du documentaire qu’Izabel Jaguaribe a consacré, en 2003, à Paulinho da Viola. Les images ci-dessous en sont extraites. C’est ici Marisa Monte qui interprète « Carinhoso ». De sa voix toujours aussi claire, pour ne pas se confronter au poids des glorieux aînés, Orlando Silva ou Elizeth Cardoso, et à leurs démesures magnifiques, elle a opté pour la sobriété. Une manière probablement plus contemporaine de l’interpréter… Elle s’en sort, ma foi, de manière fort honorable.
Une interprétation d’une rare élégance. Et j’espère ainsi que « Carinhoso » deviendra une chose vivante en vous…

Une réflexion sur “« Carinhoso » (1/2) : interprété par Paulinho de Viola et Marisa Monte

  1. Portela meu amor ! J'ai rapporté ce DVD du Brésil, et ce morceau en est un des meilleurs moments. J'aime bien la samba que défend Paulinho. Et je préfère Marisa ici que dans les Tribalistas !

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s